Amnesty dénonce l’espionnage électronique subi par Omar Radi, un journaliste marocain

Omar Radi, victime d’un espionnage électronique ultra-sophistiqué.
Omar Radi, victime d’un espionnage électronique ultra-sophistiqué. - FB.

Au Maroc, certaines activités sont vivement déconseillées. Le journalisme indépendant ou la militance pour les droits de l’homme, par exemple. Le harcèlement des autorités, qui fait à la fois preuve de ténacité et de férocité, réussit sans doute à dissuader bien des vocations. Mais pas toutes. Alors, les récalcitrants se voient infliger des traitements de plus en plus sophistiqués. En atteste un dernier rapport d’Amnesty International qui révèle ce 22 juin que le journaliste Omar Radi, connu pour son indépendance, a subi ces dernières années un espionnage en règle de son smartphone effectué grâce aux technologies indétectables d’une célèbre firme israélienne privée, NSO.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct