Brussels Airlines: une semaine cruciale… de plus

Depuis des semaines, on entend dire que Brussels Airlines est à court de liquidités et qu’il faut impérieusement qu’elle reçoive du cash, sous peine de tomber en faillite. Du cash qui viendrait de son actionnaire (le Groupe Lufthansa), de l’État belge et/ou des deux. Les discussions durent ainsi depuis longtemps mais cette semaine risque bien d’être plus décisive que les autres.

D’abord parce que, en amont, le Groupe Lufthansa tient, jeudi, une assemblée générale des actionnaires pour, notamment, faire approuver son plan d’aide négocié avec le gouvernement allemand. Une aide de 9 milliards d’euros conditionnée, entre autres, à l’entrée de l’État allemand dans le capital à hauteur de 20 %. Le plus gros actionnaire du Groupe, un milliardaire allemand, en détient 15 %. Or, seulement 38 % des parts seront représentées à l’AG, ce qui implique une approbation aux deux tiers des présents… alors que le Herman Thiele en question s’est montré opposé à l’arrivée de l’État dans un groupe qui risque gros, sans aide financière rapide.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct