Proche-Orient: Un large front contre le gouvernement israélien

Le 11 février dernier, à la tribune du Conseil de sécurité des Nations Unies, le président palestinien Mahmoud Abbas invitait les nations du monde entier à s’opposer au « Plan de paix » américain pour le conflit israélo-palestinien.
Le 11 février dernier, à la tribune du Conseil de sécurité des Nations Unies, le président palestinien Mahmoud Abbas invitait les nations du monde entier à s’opposer au « Plan de paix » américain pour le conflit israélo-palestinien. - AFP

Le gouvernement israélien s’apprête à commencer l’annexion de parties importantes de la Cisjordanie occupée. Ce projet, qui viole le droit international, s’inspire du « plan de paix » du président américain Donald Trump, lequel épouse la plupart des thèses de la droite ultranationaliste israélienne.

Cette situation suscite de vives protestations dans une partie de la société israélienne, mais également en Europe, comme en témoigne cette lettre ouverte ratifiée par un millier de parlementaires au sein de l’Union, que nous que nous publions ci-dessous. Parmi les signataires, 83 mandataires belges, dont quelques « ténors », francophones et flamands, de tous les partis politiques, de la gauche radicale à la droite nationaliste – à l’exception du Vlaams Belang. Une large coalition, certes de circonstance, mais assez rare pour être soulignée.

Carte blanche: «Nous partageons de vives inquiétudes concernant le plan de Trump pour le conflit israélo-palestinien»

Par Avraham Burg, ancien président de la Knesset et directeur l’Agence juive; Prof. Michael Ben-Yair, ancien procureur général d’Israël et juge à la Cour suprême; Naomi Chazan, ancienne députée et vice-présidente de la Knesset; Zehava Galon, ancienne députée de la Knesset et présidente du parti Meretz; ainsi qu’un millier de parlementaires de différents pays de l’Union européenne, dont 83 parlementaires et sénateurs de Belgique*

Nous, parlementaires de toute l’Europe engagés en faveur d’un ordre mondial fondé sur des règles, partageons de vives inquiétudes concernant le plan du président Trump pour le conflit israélo-palestinien et la perspective d’une annexion israélienne du territoire de la Cisjordanie. Nous sommes profondément préoccupés par le précédent que cela créerait pour les relations internationales en général.

Depuis des décennies, l’Europe promeut une solution juste au conflit israélo-palestinien sous la forme d’une solution à deux États, conformément au droit international et aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies. Malheureusement, le plan du président Trump s’écarte des paramètres et des principes convenus au niveau international. Il favorise un contrôle israélien permanent sur un territoire palestinien fragmenté, laissant les Palestiniens sans souveraineté et donnant feu vert à Israël pour annexer unilatéralement des parties importantes de la Cisjordanie.

Suivant la voie du plan Trump, la coalition israélienne récemment composée stipule que le gouvernement peut aller de l’avant avec l’annexion dès le 1er juillet 2020.

Cette décision sera fatale aux perspectives de paix israélo-palestinienne et remettra en question les normes les plus fondamentales qui guident les relations internationales, y compris la Charte des Nations Unies.

Un dangereux facteur de déstabilisation

Nous sommes profondément préoccupés par l’impact de l’annexion sur la vie des Israéliens et des Palestiniens ainsi que par son potentiel déstabilisateur dans la région aux portes de notre continent. Ces préoccupations ne sont pas moins graves à un moment où le monde est aux prises avec la pandémie de Covid-19, la plus grave urgence collective à laquelle nous ayons été confrontés depuis des décennies.

En reconnaissance de l’engagement à long terme de l’Europe en faveur d’une résolution pacifique du conflit israélo-palestinien, nous demandons aux dirigeants européens d’agir avec détermination pour relever ce défi. L’Europe doit prendre l’initiative de réunir les acteurs internationaux pour prévenir l’annexion et pour préserver les perspectives de la solution à deux États et d’une juste résolution du conflit.

Les représentants européens, dont le haut représentant de l’Union européenne Josep Borrell, ont déclaré que « les étapes vers l’annexion, si elles sont mises en œuvre, ne passeront pas sans être contestées ». Nous soutenons pleinement cette affirmation : l’acquisition de territoire par la force n’a pas sa place en 2020 et devrait avoir des conséquences proportionnelles. L’absence de réponse adéquate encouragerait d’autres États ayant des revendications territoriales à ne pas respecter les principes fondamentaux du droit international. L’ordre mondial fondé sur des règles est essentiel pour la stabilité et la sécurité à long terme de l’Europe. Nous avons un intérêt profond à le protéger et en portons la responsabilité.

Une solution durable au conflit doit répondre aux aspirations légitimes et aux besoins de sécurité des Palestiniens et des Israéliens et garantir leur égalité de droits. L’Europe dispose des outils diplomatiques nécessaires pour promouvoir cela et nous sommes prêts à soutenir ces efforts.

Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

*Cosignataires belges : Malik Ben Achour, député fédéral PS ; Fatima Ahallouch, sénatrice PS ; Bert Anciaux, sénateur sp.a ; Ayse Yigit, sénatrice PVDA-PTB ; Fourat Ben Chikha, sénateur Groen ; Jan Bertels, député fédéral sp.a ; Stijn Bex, sénateur Groen ; Georges-Louis Bouchez, sénateur MR ; Nabil Boukili, député fédéral PVDA-PTB ; Karin Brouwers, sénatrice CD&V ; Kim Buyst, députée fédérale Groen ; Kristof Calvo, député fédéral Groen, chef de groupe Ecolo-Groen faction ; Julie Chanson, députée fédérale Ecolo ; Samuel Cogolati, député fédéral Ecolo ; Gaby Colebunders, député fédéral PVDA-PTB ; Philippe Courard, sénateur PS ; Barbara Creemers, députée fédérale Groen ; Greet Daems, député fédéral PVDA-PTB ; Georges Dallemagne, député fédéral CDH ; Roberto D’Amico, député fédéral PVDA-PTB ; Sabine de Bethune, sénatrice CD&V ; Kurt Deloor, sénateur sp.a ; Mark Demesmaeker, sénateur N-VA ; Rodrigue Demeuse, sénateur Ecolo ; Jos D’Haese, sénateur PVDA-PTB ; Severine De Laveleye, députée fédérale Ecolo ; Jean-Marc Delizée, député fédéral PS ; Melissa Depraetere, députée fédérale sp.a ; Wouter De Vriendt, député fédéral Groen ; Steven De Vuyst, député fédéral PVDA-PTB ; Philippe Dodrimont, sénateur MR ; André Flahaut, député fédéral PS ; André Frédéric, sénateur PS ; Georges Gilkinet, député fédéral Ecolo ; Raoul Hedebouw, député fédéral PVDA-PTB, chef de groupe PVDA-PTB ; Antoine Hermant, sénateur PVDA-PTB ; Soetkin Hoessen, sénatrice Groen ; Karin Jiroflée, députée fédérale sp.a ; Meryame Kitir, députée fédérale sp.a, cheffe de groupe sp.a ; Zakia Khattabi, députée fédérale Ecolo ; Christophe Lacroix, député fédéral PS ; Annick Lambrecht, sénatrice sp.a ; Nahima Lanjri, députée fédérale CD&V ; Laure Lekane, sénatrice PVDA-PTB ; Laurent Léonard, sénateur PS ; France Masai, sénatrice Ecolo ; Sofie Merckx, députée fédérale PVDA-PTB ; Peter Mertens, député fédéral PVDA-PTB ; Alexander Miesen, sénateur MR ; Nadia Moscufo, députée fédérale PVDA-PTB ; Simon Moutquin, député fédéral Ecolo ; Samuel Nemes, sénateur PVDA-PTB ; Dieter Van Besien, député fédéral Groen ; Orry Van de Wauwer, sénateur CD&V ; Stefaan Van Hecke, député fédral Groen ; Vincent Van Quickenborne, député fédéral Open Vld, chef de groupe Open Vld ; Sophie Rohonyi, députée fédérale Défi ; Helene Ryckmans, sénatrice Ecolo ; Sarah Schlitz, députée fédérale Ecolo ; Ben Segers, député fédéral sp.a ; Jessika Soors, députée fédérale Groen ; Chris Steenwegen, sénateur Groen ; Farida Tahar, sénatrice Ecolo ; Cécile Thibaut, députée fédérale Ecolo ; Julien Uyttendaele, sénateur PS ; Joris Vandenbroucke, député fédéral sp.a ; Gilles Vanden Burre, député fédéral Ecolo ; Gaëtan Van Goidsenhoven, sénateur MR ; Marco Van Hees, député fédéral PVDA-PTB ; Els Van Hoof, députée fédérale CD&V, cheffe du Comité Affaires étrangères ; Anja Vanrobaeys, députée fédérale sp.a ; Maria Vindevoghel, députée fédérale PVDA-PTB ; Kris Verduyckt, député fédéral sp.a ; Servais Verherstraeten, député fédéral CD&V, chef de groupe CD&V ; Thierry Warmoes, député fédéral PVDA-PTB ; Marc Botenga, député européen GUE/NGL ; Marie Arena, députée européenne S&D ; Saskia Bricmont, députée européenne Greens/EFA ; Petra de Sutter, députée européenne Greens/EFA ; Cindy Franssen, députée européenne EPP ; Philippe Lamberts, député européen Greens/EFA ; Kathleen Van Brempt, députée européenne S&D ; Hilde Vautmans, députée européenne Renew Europe.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches