Derrière le sort des métis du Congo, une idéologie de la suprématie raciale

Léa, Monique, Simone, Marie-José et Noëlle entourées de leur groupe de filles à Katende. La plupart d'entre elles sont aujourd'hui décédées.
Léa, Monique, Simone, Marie-José et Noëlle entourées de leur groupe de filles à Katende. La plupart d'entre elles sont aujourd'hui décédées. - Eric Herchaft/ Reporters.

Commentaire

Les théories et les justifications intellectuelles qui ont entouré les décisions concernant les métis et le sort qui leur a été réservé à l’époque coloniale ont la clarté d’une épure : jusqu’au bout, la « goutte de sang blanc » qui coulait dans les veines des « mulâtres » a été le prétexte justifiant les traitements particuliers et les douteux privilèges qui leur étaient accordés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct