Municipales: Macron pressé d’enjamber une défaite annoncée

Anne Hidalgo (au centre) et son équipe en campagne, jeudi, dans les rues de Paris
: la maire socialiste sortante est assurée de rempiler à la mairie de la capitale.
Anne Hidalgo (au centre) et son équipe en campagne, jeudi, dans les rues de Paris : la maire socialiste sortante est assurée de rempiler à la mairie de la capitale. - AFP.

C’est une élection municipale inédite. Un scrutin dont le deuxième tour se tiendra trois mois et demi après le premier alors que d’ordinaire il ne s’écoule qu’une seule semaine entre les deux. Ce dimanche, seize millions d’électeurs sont appelés à élire les quelque 5000 maires qui n’ont pas été choisis le 15 mars dernier. Autrement dit pour désigner les premiers magistrats de toutes les grandes villes de France ou presque.

C’est peu dire que la campane qui s’achève a été atypique. L’épidémie a laissé des traces. Le tractage, le porte-à-porte et les meetings (d’ailleurs toujours interdits) ont été délaissés pour privilégier des textes écrits ou des échanges numériques. Et rien ne garantit que l’abstention n’atteindra pas une nouvelle fois des scores historiques (55 % déjà au premier tour). Selon les sondages, ils sont moins de quatre Français sur dix à envisager de se déplacer !

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct