Seuls les Noirs peuvent-ils raconter des histoires de Noirs?

Seuls les Noirs peuvent-ils raconter des histoires de Noirs?
Bruno DALIMONTE.

Il arrive une drôle de mésaventure à l’écrivain français Timothée de Fombelle. L’auteur culte de la jeunesse depuis Tobie Lolness en 2006 vient de sortir Alma – Le vent se lève chez Gallimard, avec des illustrations de François Place. L’histoire se déroule en 1786. L’héroïne s’appelle Alma., une jeune Africaine. Son frère disparaît. Elle part à sa recherche. Quête dangereuse, avec ces négriers prêts à les embarquer pour les vendre. L’auteur est traduit en 29 langues, il a du succès partout dans le monde, il a obtenu des prix internationaux. Mais Alma vient d’être refusé par son éditeur anglo-saxon Walker Books. Pourquoi ? L’ouvrage aborde des thèmes comme l’esclavage et le combat de l’abolition alors que son auteur, lui, est blanc… Un écrivain blanc n’est pas légitime, dit Walker Books.« Quand on est blanc, donc du côté de ceux qui ont exploité les Noirs, on ne peut pas décemment s’approprier l’histoire de l’esclavage », explique l’écrivain dans une interview au Point, reprise dans Actualitté.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct