Paul Magnette, huit mois éprouvants, une présidence socialiste inaccomplie

Paul Magnette au «
16
»
? Si certains ont pu l’envisager, on en est loin aujourd’hui.
Paul Magnette au « 16 » ? Si certains ont pu l’envisager, on en est loin aujourd’hui. - Belga

Analyse

A propos de Paul Magnette auquel il cédait le témoin à la présidence en octobre 2019, Elio Di Rupo avait dit qu’il était « une machine à solutions ». Le nouveau locataire du Boulevard de l’Empereur ne l’aura pas démenti. En huit mois aux commandes du premier parti francophone, confronté à une crise politique à rallonge mâtinée – circonstance très aggravante – d’une pandémie, il aura tenté successivement, comme protagoniste, de composer un Arc-en-ciel, une Vilvaldi, une coalition avec la N-VA, une tripartite classique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct