«
La zwanze, c’est une fierté
! C’est un sens du jeu de mot que seuls les Bruxellois ont
!
», s’enthousiasme Joske Maelbeek.
« La zwanze, c’est une fierté ! C’est un sens du jeu de mot que seuls les Bruxellois ont ! », s’enthousiasme Joske Maelbeek. - D.R.

Brusseleir, une nouvelle identité qui grandit en «stoem»

Que reste-t-il du brusseleir ? Quelques mots transmis par les grands-parents, un vocabulaire que se réapproprient les « kets » de la capitale, des expressions reprises sur les façades de commerces. « Il reste surtout la zwanze ! », relève Joske Maelbeek. « C’est un esprit de dérision typiquement bruxellois, qui est également un état d’esprit belge. »

Joske Maelbeek, Dominique Dognié pour les intimes, parle encore ce dialecte. En « tof Bruxellois », il est très attaché à son patrimoine local. Sa maison reflète d’ailleurs son « boentje » pour la ville et son histoire. Ancienne demeure de George Garnir, le cofondateur du magazine Pourquoi Pas ?, son entrée renferme une réplique du Manneken-Pis. Il traduit également des romans et écrit des fables en « bruxellois français ».

La langue de mon peï

A Bruxelles, il existe quatre dialectes différents, dont deux sont encore parlés. A cela, chaque commune ajoute ses couleurs de langage. Le dialecte le plus courant est le « beulemans », décrit comme le français tel qu’il est parlé à Bruxelles, ou que les Français appellent, à tort, « le belge ». Un autre dialecte connu est le « brussels vloms », ou bruxellois flamand, que l’on entend encore aujourd’hui à Anderlecht.

Des mots survivent comme brol, drache, ou encore kot. « Le jour où zwanze est accepté au dictionnaire, sur un mot compte triple, ça va faire des dégâts au Scrabble ! », plaisante Dominique Dognié. De nombreuses initiatives existent pour faire survivre le bruxellois. Le parlement flamand organise des dictées en brussels vloms, le Brussels Volkstejoeter met en scène des pièces de théâtre contemporaines en dialectes, le théâtre de Toone fait des spectacles de marionnettes en beulemans. Les passionnés le pratiquent donc encore, comme Alain Van Brussel, qui a opté pour la musique afin de faire vivre le brussels vloms.

« Ça ne peut pas rester durer »

Aujourd’hui, en dehors du folklore, ces dialectes s’entendent de moins en moins dans les rues de la capitale. Des cours de bruxellois sont tout de même donnés à La Fleur en papier doré, un estaminet typiquement bruxellois. Ils attirent quelques jeunes curieux, mais le public est principalement constitué de personnes plus âgées, venant là par nostalgie. De son côté, le cercle estudiantin Woltje continue de faire vivre le brusseleir, en organisant notamment des cantus lors desquels les étudiants se retrouvent pour guindailler et entonner des chants en bruxellois.

Malgré tout l’attachement des Bruxellois pour leurs dialectes, « il n’y a pas de réelle volonté politique pour les maintenir ». Selon Laurence Rosier, professeure de linguistique, d’analyse du discours et de didactique à l’ULB, « on va donc les voir disparaître ». « Le jour où plus personne ne pourra les transmettre, le beulemans et le brussels vloms entreront dans les livres d’histoire. »

Un brol d’identité

Les vagues migratoires depuis les années 60 et la désignation de Bruxelles comme capitale européenne ont transformé la ville, jusqu’à en faire la plus cosmopolite d’Europe. Depuis 2015, plus de six Bruxellois sur dix sont d’origine étrangère, selon l’Organisation internationale des migrations.

Désormais, les langues, anciennes et contemporaines, d’ici et d’ailleurs, se mêlent dans un brassage moderne et multiculturel. Dans les rues de Molenbeek, les jeunes Walid, Jawed et Mohamed emploient toujours « fieu » (« mon vieux »), sans même réaliser qu’il s’agit du dialecte bruxellois, ou du néerlandais comme « buiten » (« sors »), auxquels ils ajoutent « fayen » (« tranquille »), issu des idiomes arabes. On parle alors de « maroxellois » qui, comme le brusseleir, s’apprend dans les rues. Ce dernier survit à travers ces mutations et ce métissage. « On mélange nos cultures et les dialectes belges et marocains, on jongle entre les deux », précise Walid. « Ici, on cohabite avec les gens de toutes les origines, de toutes les couleurs. C’est ce mélange culturel qui fait qu’on se sent Bruxellois. »

Le multilinguisme de cette ville-monde ne serait donc pas un obstacle à la construction d’une identité collective.

De la zwanze dans la Tour de Babel

« L’identité de la ville a évolué ces deux derniers siècles. Au début du XXe siècle, la population bruxelloise était surtout composée de Flamands plus ou moins francisés. Le brusseleir reflétait alors l’identité bruxelloise », explique Philippe Van Parijs, philosophe et professeur à l’UCLouvain, qui se penche régulièrement sur la question des langues.

Dans le bureau de Philippe Van Parijs, on retrouve la Tower of Brussels, basée sur le mythe de la Tour de Babel, à l’image d’une Bruxelles multilingue.

« Une identité collective, c’est la possibilité de dire “nous”, de ressentir de la fierté ou de la honte par rapport à des événements qui nous concernent de près ou de loin », éclaire le philosophe. Est-il possible de dire « nous » quand il y a plus de 100 langues à Bruxelles ? Certains événements veulent le démontrer. La Zinneke Parade, par exemple, est une parade multiculturelle qui se déroule dans les rues de la capitale. « C’est un événement qui fait participer tous les quartiers avec des personnes d’origines diverses. Ça permet aux gens de se rencontrer à travers toutes les barrières culturelles et linguistiques », conclut Philippe Van Parijs.

Sans être le socle de l’identité bruxelloise, « le multilinguisme est l’une des briques qui forme cette identité », soutient Laura Calabrese, professeure de sociolinguistique à l’ULB. « Ce qui est spécifique à cette identité, c’est qu’il ne faut pas forcément parler le français ou le néerlandais pour se sentir Bruxellois. Etre Bruxellois, c’est une identité territoriale et pas historique. On n’a pas forcément les mêmes origines, mais on a une destinée commune. »

Miracle

Guylaine Germain et Marine Stroili

Certains ont fait de la diversité de Bruxelles et de ses habitants le cœur de leur activité. C’est le cas de l’ASBL AlterBrussels. Début 2020, elle a organisé une exposition aux Halles Saint-Géry qui interrogeait l’identité bruxelloise sous son aspect multiculturel. « A Bruxelles, tout le monde a l’occasion de s’approprier la culture de tout le monde », souligne la directrice de l’ASBL, Fatima Rochdi. « L’identité bruxelloise d’aujourd’hui, c’est un mélange bon enfant, ce sont plusieurs couches différentes qui se superposent sans se prendre la tête. Malgré 183 nationalités sur un même territoire, des écarts socio-économiques importants, des parcours de vie différents, il y a un consensus inconscient qui fait que ça marche. Ça relève un peu du miracle ! »

Podcast: l’accent bruxellois, un cliché? Non, peut-être!

Adrian Burtin et Noélie Detry

Si on vous parle d'accent bruxellois, vous aurez sûrement en tête une foule de clichés entendus dans des films. Sachez, chers auditeurs, que la réalité est bien plus complexe que ça : tout Bruxelles ne cause pas comme un bon vieux brusseleir ! D’où viennent les accents bruxellois ? Que sont-ils devenus aujourd'hui ? Sont-ils représentatifs de la population ? Ce podcast a été réalisé par Adrian Burtin et Noélie Detry dans le cadre du projet « Bruxelles Babeleer », un travail transmédia concernant la diversité linguistique à Bruxelles, en partenariat avec Le Soir, BX1 et Radio Campus.

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    • Couv 2

      «Bruxelles Babeleer», quand les langues s’emmêlent

    • «
La zwanze, c’est une fierté
! C’est un sens du jeu de mot que seuls les Bruxellois ont
!
», s’enthousiasme Joske Maelbeek.

      Brusseleir, une nouvelle identité qui grandit en «stoem»

      Que reste-t-il du brusseleir ? Quelques mots transmis par les grands-parents, un vocabulaire que se réapproprient les « kets » de...

    • Pour Inez, « Saint-Gilles, c’est le village du monde. Vous venez un après-midi dans ce quartier quand il y a un peu de soleil, et c’est Babel ».

      Comment le multilinguisme a transformé Bruxelles

      Bruxelles cosmopolite », c’est devenu un pléonasme. Aujourd’hui, on compte 104 langues parlées pour 185 nationalités recensées. La ville...

    • « Bella gerere, en latin, ça veut dire faire la guerre. Et pour apprendre le néerlandais, il faut vraiment se faire violence», explique Jewel.

      «Bruxelles Babeleer» - Tous bilingues, «maar niet tweetalig»

      Hugo Ortiz travaille comme ingénieur à la RTBF. Lorsqu’il rencontre ses collègues de la VRT, il préfère s’exprimer en anglais parce qu’il ne...

    • Rudi Janssens, sociologue linguistique officiant au Brio (Centre d’information, de documentation et de recherche sur Bruxelles).

      Bruxelles et sa franco-faune plurielle

      Le Covid-19 a gâché bien des événements. Le cinquantième anniversaire de la Francophonie n’a pas fait exception. Une déception pour Québec, Dakar...

    • Eric Corijn, philosophe et sociologue de la culture à la VUB, nous rappelle la distinction entre la culture néerlandophones et francophones.

      Bruxelles est Kultuur

      Dans la fosse, ça parle flamand. Sur scène, ça chante français. Au bar, même chose : « Wat wilt u drinken ? – Deux bières, s’il...

    • «
J’ai été vraiment surprise d’arriver dans une ville internationale, capitale de l’Europe, et trouver des gens qui n’acceptent pas qu’on ne parle pas français
», regrette Jenn C.

      To speak or not to speak English, le dilemme bruxellois

      Oh, it’s you. » Nicole Marucci se dévoile sous sa capuche qui la protège de la bruine. Elle s’avance et nous ouvre les portes d’un de ses «...

    1 Commentaire

    • Croire que la langue crée une identité qui permet de dire 'nous' est une vision un peu simple des choses. Les protagonistes de Bossemans et Coppenolle construisent plutôt leur identité collective autour de leur club. Le chant des Molenbeekois 'ouale zain van Meulebeek' est dirigé contre les Marolliens. N'oublions jamais, contre l'a montré Amin Maalouf que les identités ne se portent jamais mieux que quand elles peuvent servir à exclure.