Feu rouge pour la fusion des hôpitaux de la Ville et de l’ULB

Le conseil médical de Brugmann «
regrette avoir été mis sous pression afin de prendre cette décision dans l’urgence, juste avant les vacances d’été, dans un contexte sanitaire sans précédent
». © BELGA / NICOLAS MAETERLINCK
Le conseil médical de Brugmann « regrette avoir été mis sous pression afin de prendre cette décision dans l’urgence, juste avant les vacances d’été, dans un contexte sanitaire sans précédent ». © BELGA / NICOLAS MAETERLINCK

Voici près d’un an, le recteur de l’ULB et le bourgmestre de la Ville annonçaient officiellement, dans ces colonnes, les fiançailles de leurs hôpitaux respectifs. A l’origine du rapprochement, la volonté de créer un pôle de référence pour le cancer, en réunissant les équipes de Bordet et Erasme en une seule entité. Dans la foulée, Philippe Close et Yvon Englert avaient décidé d’ajouter dans la corbeille les autres hôpitaux de la Ville (Saint-Pierre, Brugmann et l’hôpital des enfants). Objectif : la fusion en une seule entité juridique, dotée de 1,2 milliard de budget et forte de 12.000 membres de personnel. Les autorités politiques et académiques avaient marqué leur accord, restait celui des conseils médicaux. Lesquels ont calé une première fois en septembre 2019. Le projet a alors été remis sur le métier… Et resoumis aux médecins, pour avis renforcé (une exigence légale, contraignante). Qui viennent d’exprimer à nouveau un refus catégorique : 12 non et 3 oui à Saint-Pierre, 15 non et 1 abstention à Brugmann.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct