Coronavirus: dans le déni, Bolsonaro tente de rejeter la faute sur les autres

Symboliquement, des opposants à Bolsonaro ont planté ce dimanche un millier de croix devant les bâtiments du Congrès national à Brasilia, en hommage aux 55.000 Brésiliens morts du Covid.
Symboliquement, des opposants à Bolsonaro ont planté ce dimanche un millier de croix devant les bâtiments du Congrès national à Brasilia, en hommage aux 55.000 Brésiliens morts du Covid. - AFP.

Ce jeudi 25 juin, Jair Bolsonaro lance son « live » hebdomadaire retransmis sur les réseaux sociaux. Derrière lui, un membre du gouvernement, accordéon en main, entame un Ave Maria en hommage aux victimes du Covid-19. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, Jair Bolsonaro tente de montrer de l’empathie envers les victimes. Mais il ne peut s’empêcher de préciser que cela s’adresse à « ceux qui ont été vraiment victimes du coronavirus ».

Comme à son habitude, le chef d’Etat brésilien cherche à politiser la pandémie. Selon lui, les gouverneurs falsifient des certificats de décès pour gonfler le nombre de morts du Covid-19 et l’attaquer politiquement. Une accusation sans fondement mais qui s’inscrit dans la stratégie du président d’extrême droite.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct