Enseignement: de l’huile dans les rouages du décret titres et fonctions

Caroline Désir a entamé un long travail de simplification de la bureaucratie scolaire.
Caroline Désir a entamé un long travail de simplification de la bureaucratie scolaire. - Dominique Duchesnes

Pour les syndicats, c’était une avancée majeure et l’assurance de mettre le professeur le plus adéquat au bon endroit. Pour les directions, par contre, c’est devenu un cauchemar quotidien, parce que trouver le professeur le plus adéquat suppose une concordance parfaite entre l’offre et la demande, voire une offre supérieure à la demande. On parle ici du décret « titres et fonctions » organisant la distribution des matières aux diplômés présents sur le « marché ». On parle en aussi de « titres requis », de « titres suffisants », de « titres en pénurie », de « chambre de pénurie », de « PV de carence »... Qui, tous ensemble, créent un système d’une complexité administrative rare. Et qui provoque la pénurie actuelle d’enseignants ? « Le décret titre et fonctions a été accusé d’être la cause de la pénurie actuelle. La réalité c’est que la pénurie existait déjà quand il a été appliqué mais il l’a sans doute aggravée », dit Caroline Désir (PS), ministre de l’Education.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct