RD Congo: l’arrestation du ministre de la Justice provoque la fureur du clan Kabila

Les «
wewas
» (taxis motos) confrontés à la police à Kinshasa.
Les « wewas » (taxis motos) confrontés à la police à Kinshasa. - afp

Voici un an et demi, la République démocratique du Congo s’enorgueillissait d’avoir réussi une « alternance pacifique » entre le chef d’Etat sortant Joseph Kabila et son successeur Etienne Tshisekedi et, dans le pays comme à l’étranger, il semblait que le pire avait évité.

A la veille du 60e anniversaire de l’indépendance, le Covid-19 a entraîné l’annulation de toutes les festivités. Les mesures de prudence dictées par l’épidémie ont aussi permis de laver le linge sale sans témoins car entre les divers partenaires qui concluaient voici quelques mois une alliance qui relevait plus de l’opportunisme politique que du respect du résultat des urnes, aujourd’hui, même si les jeux ne sont pas faits, rien ne va plus.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct