Quentin Serron (Bilbao): « Cinq mois que je n’ai plus vu mes enfants ! »

D.R.
D.R.

Quinze heures de route, ça peut paraître long. Mais après cinq mois loin des siens, Quentin Serron va avaler les 1.600 kilomètres qui séparent Valence d’Ostende le sourire aux lèvres ! Ce mardi soir, le Bruxellois ne suivra pas l’apothéose de la Liga entre Barcelone et Baskonia, les deux équipes qui se disputent le titre et qu’il vient d’affronter avec Bilbao durant la phase finale du championnat espagnol. « Hormis la déception qu’a constitué le Real Madrid, ces deux formations étaient le plus physiques et possédaient les effectifs les plus profonds. » Mais le nom du champion ne l’intéresse pas vraiment. Si Serron attend depuis vendredi son copain Sam Van Rossom, qui l’accueillait dans son appartement valencien jusqu’à son élimination dimanche en demi-finale avec le club organisateur du tournoi, c’est pour éviter l’avion. Plus par passion. « Le basket, j’ai besoin de le mettre un peu de côté. Et honnêtement, je suis content que cette saison soit terminée. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct