Haine en ligne: le boycott publicitaire de Facebook a fait mouche

Haine en ligne: le boycott publicitaire de Facebook a fait mouche
Photo News.

Du jamais vu. Même les amendes salées ou les menaces de régulation n’y étaient pas parvenues. Cette fois, Facebook, a cédé. Touché en plein cœur, celui de son business, le géant a dû se résoudre à revoir sa posture, jusque-là inflexible, face aux discours de haine qui, au nom de la liberté d’expression défendue bec et ongles par Mark Zuckerberg, y trouvaient un terreau fertile. Dans l’urgence, le patron de Facebook a annoncé que tout message « problématique » posté par des personnalités politiques serait désormais estampillé d’un avertissement. Bref, exactement ce que Twitter avait fait fin mai avec deux tweets de Donald Trump jugés trompeurs ou haineux. La plateforme retirera aussi les pubs qui affirment que les personnes de certaines origines, ethnies, nationalités, genre ou orientation sexuelle représentent une menace pour la sécurité ou la santé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct