Après les municipales en France, la gauche passe-t-elle du «rouge» au «vert»?

Pierre Hurmic, candidat Europe Ecologie Les Verts, est l’un des visages du second tour des municipales en France. Il devient maire de Bordeaux.
Pierre Hurmic, candidat Europe Ecologie Les Verts, est l’un des visages du second tour des municipales en France. Il devient maire de Bordeaux. - afp

Des maires écologistes à Lyon, Bordeaux, Strasbourg et Poitiers notamment, un succès encore à convertir à Marseille et, au-delà, des percées électorales – en solo ou en coalition – remarquées dans différents coins de l’Hexagone. À n’en point douter, les élections municipales en France, dont c’était ce dimanche le second tour, ont accouché, dans un paysage général marqué par l’abstention, d’un succès des écologistes (Europe Écologie Les Verts).

Si ce dernier n’est pas véritablement contesté, la portée à lui donner fait davantage débat. C’est que certains y distinguent une bascule fondamentale : l’inversion du rapport de forces qui a présidé – en quarante ans d’une histoire concurrente mais aussi convergente – aux relations, au sein de la gauche, entre socialistes et écologistes. À l’avantage des premiers jusqu’ici, il serait en train de se retourner au profit des seconds : en France dès aujourd’hui et peut-être demain, plus franchement ailleurs en Europe.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct