Les «regrets» du Roi sur la colonisation: au bout d’un long chemin, les mots qu’il fallait

Patrice Lumumba, lors de son arrivée à Bruxelles le 27 janvier 1960.
Patrice Lumumba, lors de son arrivée à Bruxelles le 27 janvier 1960. - FP

Même si les archives n’avaient pas restitué la scène ces jours-ci, bien des Belges auraient gardé en mémoire les images du 30 juin 1960 où le roi Baudouin, stupéfait car il s’attendait à des paroles de reconnaissance ou des mots convenus, entendit Patrice Lumumba lire un texte rédigé la nuit même et qui rappelait les souffrances endurées par les Congolais durant la colonisation. « Nous avons connu le travail harassant (…) nos terres spoliées au nom de textes prétendument légaux, (…) nous avons connu que la loi n’était jamais la même, selon qu’il s’agisse d’un Blanc ou d’un Noir, (…) connu les souffrances atroces des relégués politiques, les fusillades, les cachots… ». A l’époque, l’énumération des injustices subies fut vécue comme une insolence, une insulte et le Roi des Belges faillit quitter Léopoldville séance tenante tandis que ses compatriotes voyaient se briser l’image de la colonie modèle, de l’« œuvre civilisatrice » qui leur avait été présentée pendant tant d’années.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct