Le Roi reconnaît «les actes de cruauté» commis au Congo sous Léopold II

Philippe restera dans l’histoire comme le premier chef d’Etat belge à avoir qualifié les exactions d’«
actes de violence et cruauté
», de «
souffrances et humiliations
» et avoir exprimé des regrets publics pour cela.
Philippe restera dans l’histoire comme le premier chef d’Etat belge à avoir qualifié les exactions d’« actes de violence et cruauté », de « souffrances et humiliations » et avoir exprimé des regrets publics pour cela. - Photo News

C’est une première : un Roi régnant qui ose affronter et qualifier « les actes de violence et de cruauté » qui ont été commis sous le Congo léopoldien, ainsi que les « souffrances et les humiliations » vécues durant la colonisation du pays par la Belgique. On s’est beaucoup interrogé, ces dernières semaines, sur l’éventuelle prise de parole du roi Philippe, après l’émoi mondial lié à la mort de George Floyd aux Etats-Unis et le mouvement « Black lives matter » qui s’en est suivi. Les autorités belges, le Roi en particulier, devaient-elles, devait-il s’exprimer, voire présenter des excuses, pour les exactions belges commises au Congo, d’autant que l’on célèbre ce 30 juin les 60 ans de l’indépendance du pays ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct