Colonisation: «Demander réparation en justice n’est pas désespéré»

La question des réparations pour les crimes et abus de la colonisation est extrèmement complexe. © Hollandse Hoogte / Sueddeutsche Zeitung Photo.
La question des réparations pour les crimes et abus de la colonisation est extrèmement complexe. © Hollandse Hoogte / Sueddeutsche Zeitung Photo.

Il y a six jours, cinq femmes métisses nées au Congo ont assigné la Belgique pour crime contre l’humanité. Mardi, le roi Philippe exprimait pour la première fois de notre histoire « les regrets » de la Belgique pour les souffrances endurées par les Congolais sous Léopold II. Juridiquement, cette lettre royale ne change rien en faveur des victimes, estime le professeur de droit international de l’ULB, Vaios Koutroulis. Pour obtenir une forme de réparation pour les crimes liés à la colonisation, il existe deux voies, explique le professeur : « Cela peut être réglé Etat contre Etat.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct