En Amérique du Nord, on ne déboulonne pas que les statues

Le logo des Chicago Blackhawks.
Le logo des Chicago Blackhawks. - Reuters

La colère noire ne faiblit pas de l’autre côté de l’Atlantique. Le 19 juin, des vagues de manifestants ont déferlé dans les rues des grandes villes des Etats-Unis. Ils étaient des dizaines de milliers à commémorer la libération des derniers esclaves, il y a 155 ans au Texas.

Le sport est au premier plan de ce mouvement social qui fait vaciller les certitudes de l’Oncle Sam. Le quarterback Colin Kaepernick est au chômage technique depuis qu’il s’est agenouillé pour protester contre les violences policières. C’était il y a quatre ans déjà. Ces dernières semaines, de nombreuses stars de la NBA ont troqué les parquets cirés pour le pavé de la contestation. Certains grands noms du basket envisageraient même de boycotter la reprise fin juillet pour hausser le ton.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct