Comment les matchs à huis clos vont transformer le monde du football

Yann Sommer, le gardien du Borussia, immortalise des gradins inédits.
Yann Sommer, le gardien du Borussia, immortalise des gradins inédits. - Reuters

Devant la porte sud du Borussia-Park, une multitude de lignes de distanciation et un panneau indiquant qu’il convient d’entrer un par un. Personne n’est présent. Lorsque j’entre, ma température est contrôlée. Cela se passe par caméra en une fraction de seconde, de manière totalement automatique et sans contact. Ceux qui ont de la fièvre doivent rester dehors. L’appareil mesure-t-il aussi la fièvre du football ?

Il s’agit de mon premier match en direct depuis de nombreuses semaines, de quoi faire grimper la température. « Tout va bien », déclare la jeune femme. « Etes-vous en possession de votre questionnaire médical ? » Oui, je l’ai. J’y confirme que je ne suis pas porteur du virus, que je me sens bien et que je respecterai toutes les règles d’hygiène nécessaires au sein du stade. Je lui demande si elle m’aurait laissé entrer si je venais de Gütersloh et non de Berlin, ou si elle m’aurait tout simplement remballé. Elle rigole et secoue la tête. Sympathique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct