Finances de la culture: St’Art au secours des trésoreries délicates

Virginie Civrais, directrice de St’Art
: «
Nous nous sommes ouverts à des segments de commercialisation
».
Virginie Civrais, directrice de St’Art : « Nous nous sommes ouverts à des segments de commercialisation ». - D.R.

Véritable bras financier de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le secteur culturel, le fonds d’impact St’Art aura décidément éprouvé son talent d’adaptation tout au long de cette crise du Covid-19. Né lui-même en 2009 en pleine crise des subprimes, ce fonds d’investissement culturel qui compte aujourd’hui dans son portefeuille une bonne quarantaine de sociétés créatives, est intervenu non seulement par le biais de gels et moratoires afin d’adoucir les remboursements d’emprunt de ses sociétés partenaires, mais aussi pour assurer cet été les risques financiers liés à la reprise de tournages cinéma et pallier ainsi la tiédeur des sociétés d’assurances.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct