L’influence djihadiste et radicale décroît peu à peu dans nos prisons

L’influence djihadiste et radicale décroît peu à peu dans nos prisons
Le Soir

Tatiana Wielandt (27 ans), Bouchra Abouallal (26 ans) et Nadia Baghouri (28 ans), trois combattantes djihadistes rapatriées hier de Turquie, vont intégrer des prisons belges où la pression terroriste et radicale reflue petit à petit.

Telle est la conclusion – « prudemment optimiste » – du chercheur à l’Institut Egmont Thomas Renard, qui nous livre ce jeudi son rapport sur la lutte contre la radicalisation dans les prisons belges, au sein d’une étude comparative plus large sur 10 pays européens pilotée par des chercheurs du King’s College de Londres (à paraître prochainement).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct