La coupe afro reste une cause de discrimination raciale aux Etats-Unis

Une manifestante contre les discriminations raciales suite à la mort de George Floyd.
Une manifestante contre les discriminations raciales suite à la mort de George Floyd. - Reuters

Rien d’étonnant à ce qu’une conversation avec Malaika-Tamu Cooper, 53 ans, commence par ses cheveux pour s’achever sur l’esclavage. En tant qu’Afro-Américaine, cette propriétaire d’un salon de coiffure a été obligée de se confronter à un dilemme que les femmes d’autres ethnies ignorent sans doute : laisser pousser ses cheveux au naturel, crépus, ou les soumettre à des produits chimiques pour les dompter. Cette question, qui peut paraître triviale voire superficielle aux yeux de certains, est pour elle la clé afin de déterminer « comment survivre dans l’Amérique corporative blanche ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct