Les balades d’été du «Soir»: descendre la Lesse autrement, de Celles à Furfooz
Pierre-Yves Thienpont.

Les balades d’été du «Soir»: descendre la Lesse autrement, de Celles à Furfooz

Il y a des endroits où on se sent bien dès que l’on y pose les pieds. Celles, coincé entre Dinant et Houyet, fait partie de ceux-là. Et pourtant, niché au creux d’un vallon, le petit village condruzien ne se dévoile pas à n’importe qui. Classé parmi les plus beaux villages de Wallonie, c’est là, dans ce coin de Condroz namurois, où la pierre donne du cachet aux maisons, que nous mène notre première étape. Celles se prélasse à l’ombre de sa collégiale dédiée… à Saint-Hadelin (617-690), la star du village.

Le moine-ermite a sa rue, son établissement, son ermitage, son hôtel et même son gâteau et sa bière. De la collégiale (un exemple parfait d’art roman puisqu’édifiée au XIe siècle, elle n’a quasiment jamais été modifiée), un chemin de croix aux 14 stations mène à l’ermitage où mourut celui qui fut à l’origine du village. Au départ, ces stations étaient dépourvues d’ornementation mais un récent concours a désigné l’artiste Pierre Courtois pour combler les trous des opercules. Un exemple réussi de mélange de styles.

L’église romane et l’ermitage de Celles.

L’ermitage Saint-Hadelin domine tout le village de sa masse imposante, la statue du saint répondant à celle de la Vierge Marie sur la colline d’en face. Si son sarcophage est toujours là, ses restes sont partis de Celles en même temps que les moines en désaccord avec le châtelain local, pour s’établir en 1338 à Visé où Saint-Hadelin est fêté chaque année.

Le chemin de croix menant à l’ermitage.

Au-delà de son cachet, Celles vaut donc pour l’histoire qui a imprégné les lieux. Car, c’est aussi ici que fut arrêtée l’offensive Von Rundstedt en 1944. Un char à l’entrée du village, et devant le bar « Le Tank » rappelle les événements.

Le château de Vêves.

En voiture, les petites routes de campagne nous mènent au château de Vêves, que l’on qualifie volontiers de château de conte de fées. Ses cinq tourelles sont autant de crayons pointés vers le haut. A l’intérieur de la cour aussi étriquée que l’extérieur est grandiloquent, la galerie boisée en colombages capte le regard. Le château appartient aux Beaufort depuis 1215, soit 800 ans dans les mains de la même famille ! De là débute une promenade de 18 kilomètres à pied.

A pied ou en kayak

Lentement, nos pas nous mènent à la gare de Gendron-Celles, le long de la Lesse, point de départ du petit tour de la descente de la Lesse (le grand tour de partant de Houyet). Le reste peut donc se continuer à pied ou en en kayak, selon l’envie de chacun. Les curiosités restent, elles, les mêmes. Il y a d’abord les aiguilles de Chaleux, sur la rive opposée au petit hameau du même nom. Phénomène géologique, ces rochers tutoient le ciel, les pieds dans l’eau. C’est là que commence le parc naturel de Furfooz. La Lesse y a creusé des cavités et des grottes, occupées depuis la Préhistoire. Aujourd’hui, les noms de ces lieux résonnent comme des douces poésies (La Grotte de la gatte d’or, le Trou qui fume, le Puits des Vaux, le Trou du grand-duc qui offre un panorama saisissant ou le Chantoir des nutons où la Lesse devient souterraine). Les Romains qui ont succédé ont également laissé des traces, dont des thermes entièrement reconstruits en 1957.

Le château de Walzin.

Mais avant de s’enfoncer dans le parc naturel, il serait délicat de ne pas se laisser glisser le long de la Lesse car le château de Walzin se dresse sur la rive droite, imposant et si gracieux. Ce château qui est toujours habité ne se visite pas mais sa situation vaut à elle seule le détour. Les kayakistes continueront jusqu’à Anseremme, les marcheurs quitteront le parc naturel de Furfooz pour le village du même nom.

Il est désormais temps de revenir au lieu de départ et se laisser griser par la beauté de Celles, tout en sirotant cette Saint-Hadelin, une bière brassée à Purnode, et qu’il vous sera peut-être difficile d’obtenir. Le Covid-19 a laissé des traces. De peur de se retrouver avec des bières périmées, la plupart des endroits où on peut s’en procurer n’en ont pas recommandé durant le Covid et sont donc, pour certains, en rupture de stock.

Le parcours

1

Celles

Classé parmi les plus beaux villages de Wallonie, il vaut aussi par l’histoire qui a imprégné les lieux. Partez à l’assaut de l’ermitage Saint-Hadelin et redescendez le chemin de croix pour arriver à la collégiale, chef-d’œuvre de l’art roman. N’hésitez pas à faire un détour par la boucherie Ferier Cornet pour déguster le chausson cellois (pâte feuilletée qui contient notamment du poulet, du foie de porc, des raisins de Corynthe et de la bière Saint-Hadelin).

www.beauxvillages.be/les-villages/celles

2

Le château de Vêves

Pour attirer le chaland, on n’hésite pas à parler du château de la belle au bois dormant. Et c’est vrai que ce château médiéval est particulièrement photogénique. Le château de Vêves (route de Furfooz, 3 à Celles) est ouvert de 10 h à 17 h à partir du 10 juillet tous les jours durant les mois d’été. Entrée : 8 euros pour les adultes, 5 euros pour les enfants.

3

La Lesse

La descente de la Lesse est à la fois sportive et surtout récréative. On est ici bien loin du calme de Celles mais le parcours ne manque pas d’attrait des aiguilles de Chaleux au château de Walzin. La descente de la Lesse peut se réserver via le site www.dinant-evasion.be. La petite descente dure 2 h 30 (Gendron-Celles jusque Anseremme et coûte de 22 à 32 euros par personne dans la formule incluant la navette Anseremme vers le lieu de départ), la longue descente est indisponible tout l’été.

4

Le parc naturel de Furfooz

C’est une plongée dans la nature dans ce qu’elle a de plus brut, entre réserve naturelle et cavités géologiques. Il est ouvert sur réservation de 10 h à 17 h (en optant pour des créneaux horaires) via le site www.parcdefurfooz.be. Prix d’entrée : 4 euros pour les adultes, 1 euro pour les enfants.

En pratique

On commence en voiture par Celles puis à partir du château de Vêves, possibilité de faire une partie à pied et une partie en kayak.

Durée : une demi-journée, la balade à pied faisant 4-5 heures

Longueur : 23 km

Voici le lien de la balade de 18 kilomètres à pied : https ://walloniebelgiquetourisme.be/sites/default/files/Randonnees_en_wallonie_24_deux_chateaux.pdf

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    0 Commentaire