Le Coudenberg, tout se passe sous terre

C’est dans ce palais que Charles Quint a passé le plus de nuitées dans ce qui était une vie itinérante.
C’est dans ce palais que Charles Quint a passé le plus de nuitées dans ce qui était une vie itinérante. - LESOIR.

Il y a le bas de la ville, centré sur cette Grand-Place opulente, et le haut de la ville, épicentre des fonctions régaliennes de l’Etat, là où autrefois le Roi avait son palais. Autant la Grand-Place se livre aux regards de tous, autant se cache, sous la place Royale, l’un des secrets les mieux gardés de la capitale. Les Belges qui s’y pressent – ils sont 60.000 chaque année – l’ont percé depuis quelques années maintenant. Mais pas encore les étrangers. C’est là que se nichent les restes du palais du Coudenberg, du nom de la colline qui l’héberge, souvent appelé palais de Charles Quint, du nom du souverain le plus illustre qui l’a habité. Après avoir franchi l’entrée qu’il partage avec le Musée BELvue sur la place des Palais, on se trouve plongé dans un labyrinthe souterrain, celui du plus beau monument de ce Bruxelles des XVe-XVIIIe siècles, qui est tombé aux oubliettes suite à un incendie en 1731. « Quand on entre dans le site, on découvre le ventre de la ville. Il y a une dimension d’étonnement.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct