Au Mali, un imam rigoriste fait trembler le président

Les partis de l’opposition voient en l’imam une opportunité de redorer leur réputation.
Les partis de l’opposition voient en l’imam une opportunité de redorer leur réputation. - REUTERS.

De sa voix caverneuse, il draine des manifestations de dizaines de milliers de personnes contre le pouvoir malien, dénonce la « corruption » des élites et leur « mal gouvernance ». Depuis un mois, l’imam rigoriste Mahmoud Dicko a pris la tête de la contestation socio-politique qui ébranle le Mali. Dans ce pays en guerre depuis 2012 contre des groupes djihadistes, les élections législatives d’avril devaient renouveler une classe politique critiquée. Mais des soupçons de fraude, de bourrage d’urnes et le repêchage par la Cour constitutionnelle de plusieurs députés proches du pouvoir ont déclenché les foudres de la population.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct