Jacques Stas: «Un sportif doit mieux valoriser ses compétences»

Mathieu Golinvaux
Mathieu Golinvaux

Il a toujours fourmillé d’idées et multiplié les casquettes : basketteur professionnel pendant 18 ans, à Braine, Malines et Charleroi, dont il fut l’assistant, le manager et le coach, avant d’être licencié en 2016, Jacques Stas pourrait profiter d’une carrière bien gérée. Mais il ne s’est jamais (re)posé. Responsable des équipes nationales masculines (à partir de 16 ans), du projet de vie du centre de formation de Jambes et de la formation des cadres, il est devenu employé de la fédération wallonne de basket (AWBB). Mais aussi consultant, pour la télévision et votre quotidien, conseiller pédagogique de l’Adeps ou membre invité du jury des entraîneurs UEFA, qui a récemment confirmé la vocation de Mbaye Leye… En fait, cet ex-meneur international applique ses deux credo : le sport est un vecteur d’éducation et il n’y a pas d’âge pour approfondir ses connaissances, ce qu’il appelle le « LifeLong Learning ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct