Une récession plus forte, des divergences accrues: l’Union paie un lourd tribut au Covid-19

Le commissaire européen à l’Economie, Paolo Gentiloni.
Le commissaire européen à l’Economie, Paolo Gentiloni.

La Commission européenne présentait, ce mardi matin, ses prévisions d’été. Avec un constat : la récession sera plus forte qu’attendu en mai, à l’occasion des prévisions de printemps. Et un message très clair : la mise en œuvre du plan de relance, présenté par l’exécutif européen à la fin du mois de mai, est indispensable pour limiter la divergence croissante entre les économies européennes.

Ainsi, pour l’année en cours, la Commission table désormais sur une contraction du PIB en volume de 8,7 % en zone euro et de 8,3 % pour l’ensemble de l’Union – contre 7,7 % et 7,4 % respectivement dans les prévisions de printemps. En cause : la levée moins rapide qu’escompté des mesures de lockdown.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct