Enseignement supérieur: les recteurs ne veulent pas d’une finançabilité automatique

Pour Pierre Wolper, recteur de l’ULiège, «
ce n’est donc vraiment pas une bonne idée d’un point de vue académique
».
Pour Pierre Wolper, recteur de l’ULiège, « ce n’est donc vraiment pas une bonne idée d’un point de vue académique ». - Dominique Duchesnes.

Les surprises se suivent dans l’enseignement supérieur. Lundi soir, le Conseil des recteurs confirmait ce que beaucoup pressentaient : le taux de réussite aux examens de juin est significativement supérieur à celui des autres années (lire ci-dessous). Ce mardi midi, le même Conseil des recteurs lançait un pavé dans la mare : il a envoyé à la ministre Valérie Glatigny (MR) et aux députés chargés de ces questions en Fédération Wallonie-Bruxelles, un courrier dans lequel il incendie la proposition de la majorité de neutraliser les conditions de finançabilité des étudiants pour la prochaine année.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct