Ceci n’est pas LaSemo: une promenade enchantée Covid-safe

Pour cette dixième édition, il y avait 27.000 personnes dans le parc d’Enghien. Un record.
Pour cette dixième édition, il y avait 27.000 personnes dans le parc d’Enghien. Un record. - Pablo Garrigos

Définitivement dans le top 3 des moments magiques en festival, il y a l’été 2017. Le week-end du 7 au 9 juillet dans le Parc d’Enghien, LaSemo s’offrait pour ses 10 ans un temps de rêve et une affiche de folie avec Asaf Avidan, Cocoon, Saule, Les Fatals Picards, Babylon Circus, Wuman, Nicolas Michaux, Les Déménageurs… On a emmené le gamin et on ne l’a pas regretté.

Quand l’artiste israélien est apparu sur scène, à la tombée de la nuit, si frêle, si minuscule dans son débardeur noir, jamais on n’aurait imaginé qu’il allait, dix minutes plus tard – le temps de se chauffer un peu quand même –, soulever littéralement la foule du sol et l’envoyer droit vers les étoiles. La puissance de cette voix entre Eartha Kitt et Jeff Buckley, le charisme affolant de ce superhéros qui s’ignore, Clark Kent devenant Superman en deux chansons, ont fait de cette soirée un moment d’enchantement total.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct