La saison close de la couture

La malle aux poupées Dior.
La malle aux poupées Dior. - Matteo Garrone.

Bien sûr, il n’y avait pas les stars. Pas la cohue, les riches clientes, les envoyés spéciaux, le service d’ordre, les photographes qui crient : « Nicole, Marion, Catherine, par ici ! » Bien sûr, il n’y avait pas les fleurs dans l’entrée, les petits cartons posés sur les chaises dorées, la musique, le claquement des talons, l’émerveillement.

Mais cette semaine de la haute couture parisienne avait pourtant quelque chose d’historique : pour la toute première fois depuis 1945 – année où elle acquiert, par décret, son appellation juridiquement protégée –, elle était ouverte à tous et à toutes. Tous les shows, les présentations, les films et les performances qui ont été dévoilés depuis lundi sur le site de la Fédération de la haute couture et de la mode, ou celui des grandes griffes de luxe défilant d’ordinaire à Paris, ont été et sont encore accessibles aux internautes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct