Les enseignements de l’enquête

Un public plus disparate

« On constate », explique Nicolas Marquis (Université Saint-Louis), que nous faisons face à un public de plus en plus disparate. On passe progressivement, en termes de population, d’une situation à l’autre. Auparavant, nous avions quelques étudiants déjà excellents et quelques autres déjà très mal arrimés avec, entre les deux extrêmes, un vaste ventre mou d’étudiants moyens qui s’amélioraient au fur et à mesure du parcours. Désormais, on a proportionnellement plus d’étudiants déjà excellents, (beaucoup) plus d’étudiants déjà très mal arrimés et sur lesquels il est difficile de trouver des prises et, en fait, moins d’étudiants “moyens” capables de s’améliorer progressivement. Le tout est en lien avec un recrutement plus “local” de l’université, avec pour conséquence un public plus diversifié que par le passé, ce qui est évidemment souhaité et souhaitable mais nous oblige à réfléchir à notre manière de les aborder ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct