Le coronavirus modifie à peine la mobilité des Belges

La mobilité douce a gagné des adeptes, mais la voiture a encore de beaux jours devant elle.
La mobilité douce a gagné des adeptes, mais la voiture a encore de beaux jours devant elle. - Pierre-Yves Thienpont.

Les habitudes, les freins et les effets de verrouillage liés aux infrastructures, à l’habitat et à l’organisation de la vie économique et sociale ont la vie dure… S’il y a un monde d’après-Covid en matière de mobilité, il aura globalement le même visage que le monde d’avant. Avec quelques nuances cependant. Si la mobilité reste importante et dominée par l’automobile, il pourrait y avoir moins de déplacements ; les transports en commun pourraient connaître une disgrâce prolongée et le public pourrait plébisciter la marche et le vélo.

C’est ce que montrent les résultats d’une enquête réalisée en ligne pour le compte du SPF Mobilité et Transports par la société Ivox, entre le 5 et le 14 juin, auprès de 2.000 personnes et concernant leurs déplacements avant, pendant et après la crise du coronavirus.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct