Migrants: les passeurs savent que les canots gonflables sont mortels

Un bateau gonflable surchargé de migrants vient d’être secouru par le HMS Enterprise, le bâtiment britannique de l’opération Sophia: sauvés des eaux! © Philippe Regnier/Le Soir
Un bateau gonflable surchargé de migrants vient d’être secouru par le HMS Enterprise, le bâtiment britannique de l’opération Sophia: sauvés des eaux! © Philippe Regnier/Le Soir -

Quatre minuscules minutes d’espoir. Et puis, l’atroce angoisse d’être abandonnés, à la dérive, frêles humains, misérables vies à bout de souffle, perdues dans l’immensité de la mer. Qu’ont-ils cherché au ciel, ces migrants, sinon la promesse d’un sauvetage, sitôt évanouie lorsqu’ils ont vu l’hélicoptère déjà prendre le large, après seulement ces 240 secondes de rotations rapprochées au-dessus de leur esquif ?

« Les hélicos, ce sont nos yeux »

Il est 11h52 et ce bateau gonflable d’une dizaine de mètres de long est là, juste sous nos yeux, si proche, si loin. Des bras s’agitent, qui font tournoyer un vêtement. Un linge blanc. Un noir. Détresse. Une centaine de damnés sont entassés, debout, dans cette embarcation. Aucun navire secourable n’est visible à la ronde. La mer, presque étale, semble déserte. Il est 11h56. L’Agusta Bell AB212 décrit un dernier grand cercle au-dessus de ces têtes ébahies, et puis s’en va.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct