Le fédéral ouvre les réserves et permet à ses établissements scientifiques de se dessiner un futur

Les établissements scientifiques fédéraux comme le Musée des Beaux-Art commencent à respirer.
Les établissements scientifiques fédéraux comme le Musée des Beaux-Art commencent à respirer. - Pierre-Yves Thienpont.

Ficeler le sauvetage financier de la Cinémathèque royale (Cinematek), permettre aux établissements scientifiques fédéraux (ESF) d’accéder à leurs réserves afin d’investir dans leur futur – ce qu’ils demandaient depuis des années –, enfin permettre à ces mêmes ESF d’absorber le choc de la crise Covid en ouvrant les réserves budgétaires historiques, y a pas à dire : lorsqu’on hérite du portefeuille de la Politique scientifique et qu’on souhaite la faire progresser, il est utile d’être aussi ministre du Budget – et accessoirement ministre de la Fonction publique.

C’est ce que vient de démontrer en quelques mois David Clarinval (MR) en opérant un « strike » dont les médias n’ont simplement pas parlé car il s’est produit durant la crise Covid.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct