Arrestations, pressions: le zèle des services de sécurité du Kremlin

Entre 10.000 et 40.000 personnes ce week-end ont manifesté à Khabarovsk leur soutien à Sergueï Fourgal, gouverneur de la région de Khabarovsk en Extrême-Orient, élu en 2018 contre le candidat du Kremlin et qui a été arrêté jeudi pour meurtres.
Entre 10.000 et 40.000 personnes ce week-end ont manifesté à Khabarovsk leur soutien à Sergueï Fourgal, gouverneur de la région de Khabarovsk en Extrême-Orient, élu en 2018 contre le candidat du Kremlin et qui a été arrêté jeudi pour meurtres. - Reuters.

Une semaine après, l’indignation ne retombe pas. L’inquiétude croît dans la communauté libérale de Moscou depuis que, mardi dernier, Ivan Safronov a été arrêté. Ce jeune journaliste, réputé pour sa couverture des questions militaires, risque jusqu’à vingt ans de prison, accusé de « trahison » au profit de l’Otan. « Soyez prêts à tout », a prévenu Ivan Pavlov, son avocat à la tête d’une organisation des droits de l’homme. « En face, c’est le tout-puissant service de sécurité qui vous positionne en ennemi », explique le juriste qui sait les chances d’acquittement très faibles, moins de 1 % selon les statistiques en Russie. « Mais un mouvement de soutien de la part du public peut aider… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct