En vélo, à pied ou en draisine, la vallée de la Molignée offre de multiples choix de balades.
En vélo, à pied ou en draisine, la vallée de la Molignée offre de multiples choix de balades. - J.-L. B.

Les balades d’été du «Soir»: la Molignée en cyclo-draisine, le cuistax ferroviaire

Tchak-tchak, tchak-tchak, les quatre roues ferrées glissent joyeusement sur les vieux rails de la ligne désaffectée Tamines-Dinant, entre Warnant et Maredsous, le long de la tortueuse Molignée qui s’écoule dans la vallée. Le train y a disparu il y a bien longtemps, mais le rail peut toujours offrir des plaisirs ferroviaires aux amateurs de rail-bike ou cyclo-draisine, la version ferroviaire du cuistax, utilisable une bonne partie de l’année pour un loisir bien agréable, dans une région verdoyante et pittoresque.

Ce tronçon a pu être sauvegardé et même valorisé grâce à la ténacité de quelques gens du cru qui ont voulu dynamiser le tourisme local, apportant une pierre supplémentaire aux autres sites et attractions de la région. Tout démarre en 1980 quand un membre du syndicat d’initiative d’Onhaye propose d’utiliser ce tronçon désaffecté pour y faire circuler des draisines à pédales. C’était sans compter sur la complexité administrative de nos institutions, la Défense nationale, qui restait un opérateur potentiel de cette ligne autrefois stratégique, la SNCB et le ministère des Communications. Il aura finalement fallu 14 ans pour que le projet aboutisse !

6, 8 ou 14km

En 1994, Paul Arnould, toujours aux commandes aujourd’hui, crée une société anonyme avec les commerçants du secteur horeca de la région. C’est que cette attraction peut faire venir du monde et entraîner des retombées non négligeables pour un large secteur touristique proche mais aussi un peu plus lointain (Dinant, descente de la Lesse, Crupet, jardins d’Annevoie, etc.).

Si les draisines peuvent de prime abord paraître lourdaudes pour un pédalage relaxant, il n’en est rien. Elles sont agréables et légères comme le vent. Le pédalage se fait en duo, et une banquette à deux places n’attend que celles et ceux qui ne daigneront pas pédaler… Vous aurez le choix entre deux voyages aller-retour, qui peuvent aussi être complémentaires. Soit au départ de Warnant, au lieu-dit La Creute, direction Falaën-gare (8km aller-retour), soit de cette ancienne gare, en direction de Maredsous (6km). Mais en changeant de machine à Falaën-gare, vous pouvez aussi effectuer le trajet complet Warnant-Maredsous, soit 14km aller-retour.

A Warnant, avant de pédaler, une petite mise en bouche s’impose avec un passage à l’Escargotière, rue de la Gare. Une visite didactique et amusante avec dégustation. On peut alors prendre la route, ou plutôt le rail, pour une balade qui se déroulera en majeure partie en milieu boisé, avec comme fil conducteur la Molignée qui serpente entre forêt et champs, voisine de la route nationale que l’on domine de temps à autre en franchissant les anciens ponts de cette voie ferrée. Le premier tronçon passe par deux tunnels, mais offre surtout un regard sur les ruines du château de Montaigle, dressé sur un éperon rocheux qui domine le confluent de la Molignée et du Flavion. Cette forteresse médiévale, classée depuis 1965 alors que le site l’avait été en 1946, a été abandonnée sur ordre de Charles Quint, en guerre contre Henri II, roi de France, dont les troupes incendièrent le site en 1554. Il n’a jamais été reconstruit, a sans doute été occupé de temps à autre, mais a aussi servi de carrière pour les habitants du coin. Les ruines ont été sauvées grâce au compte de Beauffort qui les racheta en 1854.

A Falaën-gare, une pause horeca est possible, avant de repartir vers Maredsous-gare. On passe par le village de Sosoye (Anhée), un des 30 plus beaux villages de Wallonie avec ses belles pierres calcaires. Situé à mi-parcours entre le départ et l’arrivée de ce second tronçon, il n’est pas possible d’y arrêter sa draisine pour y faire une halte, mais il serait dommage de ne pas y repasser ensuite à pied ou à vélo. On y appréciera l’église classée de la Nativité (XVIIIe), elle aussi bâtie en pierres du pays, son presbytère, l’ancienne brasserie Baudart et la grange aux dîmes du XVIIe, dont la toiture mériterait quelques réparations ! Mais aussi le charme de l’ancienne école transformée en une agréable taverne restaurant « Les Montagnards » où Françoise Romain y prépare avec goût et jovialité les truites et les escargots de la région, notamment. Les Montagnards, c’est le surnom des habitants de Sosoye, en lien avec la « montagne » de Ranzinelle qui fait face au village. On est loin d’être dans les Alpes, mais ce coin de Wallonie a donc des Montagnards ! Ce site classé de grand intérêt biologique recèle une faune et une flore rares, typiques des pelouses calcaires.

Arrivés au bout du deuxième tronçon, on peut aller jusqu’à l’abbaye de Maredret, où vivent les Bénédictines de Sts Jean et Scholastique, un lieu assez calme pour y découvrir son église à l’architecture assez austère, ou bien pour rejoindre l’autre abbaye bénédictine, celle des moines de Maredsous, qui était avant ce fichu coronavirus le troisième site le plus touristique de Wallonie. De la gare d’arrivée des draisines, il suffit de marcher 15 minutes, notamment en passant sous un tunnel du Ravel, pour y arriver.

Autour du parcours

1

Montaigle

Les ruines du château comtal offrent une magnifique vue sur les alentours. Elles sont la propriété de la famille del Marmol depuis 1865 et classées comme patrimoine exceptionnel de Wallonie depuis 1992. L’ASBL des Amis de Montaigle s’est créée voici 50 ans environ pour aider à sauvegarder ce patrimoine. Les murs sont protégés par des consolidations régulières grâce à une projection de micro-béton. Visites possibles des ruines et d’un petit musée. Infos : www.montaigle.be et 082-69.95.85.

2

Falaën

Outre Sosoye, la vallée de la Molignée présente un autre « plus beau village de Wallonie », Falaën, situé à 3km du premier cité. Il se caractérise lui aussi par son habitat en pierres calcaires d’où émergent l’église, mais aussi un imposant château-ferme doté de trois tours. On prendra plaisir à se balader dans les rues étroites de ce village pour y découvrir une trentaine de maisons traditionnelles des XVIIIe et XIXe siècles. Infos : www.beauxvillages.be

3

Maredsous

C’est la plus grande abbaye wallonne avec ses 4 ha de toitures et ses bâtiments sur trois niveaux, le tout dans un site de 50 ha. Et c’est une des plus importantes attractions touristiques de Wallonie. En 2019, plus de 500.000 visiteurs y sont passés. La grosse partie de cette activité est concentrée dans et autour du centre d’accueil St-Joseph. Il y a là cafétéria, restaurant, librairie, magasin. L’abbaye permet aussi des visites plus pointues avec guide et des retraites dans le calme de ses bâtiments costauds.

Pratique

J.-L. B.

Pour effectuer un tour en draisine (ou rail-bike de la Molignée), il faut se rendre soit à Warnant (Anhée), soit à 4km de là, à Falaën-gare (Onhaye).

De Warnant vers Falaën, tronçon de 8 ou 14km aller-retour (départ à 10, 12, 14 et 16h), et de Falaën vers Maredsous, tronçon de 6km aller-retour (départ à 11, 13, 15 et 17h).

Comme il n’y a pas de double voie, le retour se fait deux heures après chaque départ, ce qui laisse le temps de visiter le coin ou de souffler un peu.

Obligation de réserver via www.draisines.online, ou 082-69.90.79, du 1er avril au 31 octobre.

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    0 Commentaire