Crise sanitaire: pour les hôpitaux, les assureurs doivent payer «une partie de la facture»

Le manque à gagner durant la crise sanitaire plonge les hôpitaux belges en état de faillite virtuelle, selon le secteur de la santé.
Le manque à gagner durant la crise sanitaire plonge les hôpitaux belges en état de faillite virtuelle, selon le secteur de la santé. - Belga.

Oui, j’assume qu’il y a aura un effet positif sur nos chiffres à la fin juin mais il est encore trop tôt pour faire le bilan de l’année. » Dans un entretien accordé au Soir, Hans de Cuyper, à la fois patron d’AG, leader de l’assurance en Belgique, et vice-président de la fédération du secteur Assuralia, concède que les assureurs ont effectivement « vu le nombre d’interventions liées aux hospitalisations et aux frais ambulatoires chuter durant l’épidémie de Covid-19 ».

Mais si « économies il y a, elles sont encore impossibles à chiffrer et, de toute façon, provisoires puisque les hôpitaux tournent à nouveau à leur quasi pleine capacité ». Selon le CEO, d’autres éléments pèsent également dans la balance, à charge de son secteur. « Les invalidités plus longues en raison de la crise ainsi que des interventions plus sérieuses puisque des patients ont dû attendre avant de se faire soigner. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct