Formule 1: les gros salaires lèvent l’émoi

@News
@News

Quelle démonstration ! Souvent décrié pour tout ce qu’il fait loin des circuits, Lewis Hamilton a profité d’un samedi de pluie en Styrie, pour rappeler à tout le monde qu’il était avant tout un fabuleux pilote de course. Gageons que le festival de pilotage qu’il a donné samedi pendant 1 minute, 19 secondes et 273 millièmes va tourner longtemps dans les écoles de pilotage, pour montrer aux gamins comment on fait.

Mais Lewis Hamilton, on le sait, c’est aussi une star mondiale. Et pas seulement parce qu’il roule vite (et bien). Engagé (BLM), tatoué (de partout), il est bien plus que l’ambassadeur mondial de Mercedes, Hilfiger ou d’autres marques à dimension planétaire. Ça se sait, ça se voit, ça se paie. Et donc, ça dérange. A commencer par ses pairs qui, ce week-end, en Autriche, ont relancé le moulin à paroles autour des « salaires indécents » palpés par les grands de la discipline.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct