Les oubliés de la culture: David Bormans, l’homme qui rend Mars plus vert

David Bormans travaille avec l’équipe de Mars depuis près de dix ans. «
J’ai beaucoup de chance car c’est rare d’avoir un graphiste en interne dans une institution culturelle.
»
David Bormans travaille avec l’équipe de Mars depuis près de dix ans. « J’ai beaucoup de chance car c’est rare d’avoir un graphiste en interne dans une institution culturelle. » - Pierre-Yves Thienpont.

Quel point commun entre un combi Volkswagen jaune, des pieds chaussant des patins à roulettes de papier et des visages avec des oranges juteuses à la place des yeux ? David Bormans, pardi ! Graphiste pour Mars-Mons arts de la scène, le trentenaire conçoit notamment les affiches du Festival au Carré, événement qui démarre habituellement fin juin mais a, cette année, déclaré forfait en raison du Covid-19.

Si ses campagnes de communication estivale respirent l’appel du large, le soleil et le mojito tout juste sorti du frigo, son environnement de travail fleure beaucoup moins l’aventure. « Le plus gros de mon travail se passe derrière les écrans, avec les yeux qui pleurent parfois », sourit celui qui réalise les supports imprimés de Mars – brochures, affiches, flyers ou bannières – mais aussi les formats pour le web.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct