Faut-il revoir le système de financement des hôpitaux, accablés par la crise du coronavirus?

Via le financement à l’acte, les hôpitaux reçoivent de l’argent en fonction des actes médicaux réalisés, comme les scanners.
Via le financement à l’acte, les hôpitaux reçoivent de l’argent en fonction des actes médicaux réalisés, comme les scanners. - Olivier Papegnies.

Pendant le confinement, les opérations et consultations non urgentes ont été reportées. Or, les honoraires et actes techniques (comme les examens d’imagerie médicale) représentent plus de la moitié des recettes des hôpitaux, selon le directeur général de Santhea.

Aujourd’hui, ce système de financement à l’acte est ouvertement remis en cause, tant du côté des institutions de soins que des mutuelles. Il encouragerait à la « consommation » d’actes médicaux et techniques, aux frais du patient et de l’assurance soins de santé. L’une des pistes avancées : le financement forfaitaire des hôpitaux. Début 2019, la ministre de la Santé publique, Maggie De Block, a ainsi « forfaitisé » une cinquantaine de « soins à basse variabilité » : pour ces interventions, le montant des honoraires remboursés par l’Inami est désormais global et identique pour tous les hôpitaux concernés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct