La fin du fair-play financier après le blanchiment de Manchester City? Pas si vite

Kevin De Bruyne et les Cityzens n’ont plus joué en Europe depuis leur victoire (1-2) au Real Madrid, le 26 février.
Kevin De Bruyne et les Cityzens n’ont plus joué en Europe depuis leur victoire (1-2) au Real Madrid, le 26 février. - PhotoNews

Manchester City va bien, merci pour lui. Le fair-play financier, lui, se fait du souci. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que, tout en s’inclinant devant le verdict du Tribunal arbitral du sport (TAS), l’UEFA a ajouté dans son communiqué de reddition qu’elle et l’ECA (l’Association des clubs) ne dérogeraient pas pour la cause aux principes du fair-play financier (FPF). Comme pour en souligner l’efficacité, Nyon a rappelé que, avec le temps, le FPF avait redressé la santé financière des clubs. En l’occurrence, il ne s’agit pas d’une défense partisane, mais bien d’un constat corroboré par des chiffres. En 2010, juste avant l’instauration du FPF, ces clubs affichaient un déficit cumulé de plus d’un milliard sept d’euros alors qu’en 2018, ils avaient présenté un profit net global de 140 millions d’euros. Un revirement spectaculaire. Comme dans cette affaire.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct