Commission Congo: le brûlot de la mémoire

Commission Congo: le brûlot de la mémoire
Reuters

Faire la lumière sur le passé colonial de la Belgique, en tirer des enseignements pour le présent, des recommandations pour l’avenir… Au départ, l’idée était excellente, et, au vu des travaux des historiens, sa réalisation n’apparaissait pas trop difficile. 60 ans après l’indépendance du Congo, le passage du temps semblait avoir calmé les passions et permettre enfin la mise en commun des souvenirs et la réconciliation des mémoires. Cependant, c’était oublier combien la mémoire des « anciens » du Congo demeure sensible et combien, pour les descendants des victimes et des dominés, le souvenir des humiliations du passé demeure d’autant plus brûlant qu’il est entretenu par les échecs et les discriminations du présent. Ce souvenir se révèle d’ailleurs plus aigu sur le sol européen qu’en Afrique, où les populations sont confrontées à des défis plus quotidiens, plus existentiels encore que les amertumes du passé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct