Négociations fédérales: le PS, soumis aux vents mauvais, se tourne contraint forcé vers la N-VA

Négociations fédérales: le PS, soumis aux vents mauvais, se tourne contraint forcé vers la N-VA
Photo News.

Volte-face. Ou presque. Le coq, cet emblème que le Parti socialiste chérit tant, vient de faire un tour à 180 degrés au sommet du boulevard de l’Empereur. « On peut envisager de gouverner avec la N-VA. Ce qui compte, c’est le contenu », a annoncé Paul Magnette, ce 14 juillet. Ce même contenu qui, à plusieurs reprises durant ces longs mois de crise, a justifié les incompatibilités entre les socialistes francophones et les nationalistes flamands. Mais c’est notoire : ce n’est pas la girouette qui tourne mais le vent.

Voici donc le PS, revenant du diable Vauvert où il abandonne Ecolo, prêt à gagner la table des négociations, au terme d’un bureau de parti qui a largement soutenu cette option. « On n’en est pas encore à former un gouvernement avec la N-VA, nuance un Bruxellois. On va discuter du contenu ». Possible. Mais cette fois, un souffle collectif pousse Paul Magnette dans le dos et le presse à trouver un accord avec son meilleur ennemi pour former une coalition fédérale.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct