«On ressent partout un sentiment de méfiance réciproque»

Si les Jeux olympiques véhiculent traditionnellement une ambiance festive, créée le plus souvent par des spectateurs du monde entier venus en famille, l’édition 1980 de Moscou a, selon les témoins qui s’y sont rendus, été l’exception qui confirme la règle. Le boycott des Etats-Unis et de plusieurs de ses alliés, d’une part, la tension internationale en cette période de guerre froide, de l’autre, ont brisé quelque chose et créé une forme extrême de paranoïa de la part des autorités soviétiques, qui avaient déployé les grands moyens en termes sécuritaires. On raconte qu’il y avait un policier pour chaque visiteur étranger dans les rues de la capitale soviétique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct