Santé, justice, sécurité: les pistes d’une nouvelle réforme de l’Etat

Pour Paul Magnette, «
le moment est venu de clarifier les missions des uns et des autres et de simplifier notre système institutionnel pour le rendre plus efficace.
»
Pour Paul Magnette, « le moment est venu de clarifier les missions des uns et des autres et de simplifier notre système institutionnel pour le rendre plus efficace. » - Photo News.

Durant le week-end du 21 juillet, tant Paul Magnette que Bart De Wever ont indiqué leur ouverture à une réforme de l’Etat, rendant de facto celle-ci plus que probable si un accord entre les deux partis devait intervenir, et si, sur cette base, une coalition avec d’autres formations devait finalement se dessiner. « La crise du coronavirus a montré à quel point ce pays est caduc d’un point de vue institutionnel. Les compétences sont éclatées, une gestion efficace des problèmes n’est pas possible. », a dit Bart De Wever. De son côté, Paul Magnette a fait lui aussi le constat que la répartition actuelle n’est pas satisfaisante. « Notre pays est devenu si complexe que l’action publique perd en efficacité et que plus personne ne s’y retrouve. Au cours de cette crise certains ont passé plus de temps à rejeter la faute sur d’autres qu’à exercer leur propre responsabilité. Le moment est venu de clarifier les missions des uns et des autres et de simplifier notre système institutionnel pour le rendre plus efficace. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct