Le dernier nazi condamné, «petit rouage» du système d’extermination

Bruno Dey, qui assistait aux audiences en fauteuil roulant et en se dissimulant le visage, s’est excusé «
auprès de toutes les personnes qui ont vécu l’enfer de cette folie
».
Bruno Dey, qui assistait aux audiences en fauteuil roulant et en se dissimulant le visage, s’est excusé « auprès de toutes les personnes qui ont vécu l’enfer de cette folie ». - AFP.

Un « petit rouage » dans le système d’extermination mais complice de la Shoah : par le simple fait d’avoir gardé le camp de Stutthof, Bruno Dey s’est rendu coupable de « complicité d’assassinats » dans plus de 5.000 cas, ont estimé les juges. Plus de 75 ans après les faits, le tribunal correctionnel pour mineurs de Hambourg (l’accusé avait entre 17 et 18 ans au moment des faits) l’a donc condamné à deux ans de prison avec sursis, à l’âge de 93 ans.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct