«Collection Lambert»: l’intime et l’universel

Miquel Barceló, «
Biblioteca
», 1984, peinture et collage sur toile. Donation Yvon Lambert à l’État français/Centre national des arts plastiques/Dépôt à la Collection Lambert, Avignon.
Miquel Barceló, « Biblioteca », 1984, peinture et collage sur toile. Donation Yvon Lambert à l’État français/Centre national des arts plastiques/Dépôt à la Collection Lambert, Avignon. - Adagp, Paris, 2020

Dans l’ambiance étrangement et inhabituellement calme d’une Cité des Papes désertée par son prestigieux festival de théâtre, les touristes profitent tranquillement d’une terrasse, de quelques ruelles ombragées, d’une ville à redécouvrir différemment. Au cœur de celle-ci, dans une rue discrète, la cour de l’Hôtel de Caumont fait figure, depuis 20 ans, d’un véritable havre de paix. Là, même en pleine folie festivalière, on peut se poser tranquillement, boire un verre ou manger à l’extérieur et surtout, découvrir les trésors de la Collection Lambert.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct