Russie-Chine: deux empires en chiens de faïence

Une rencontre internationale au Brésil en 2019. Même lorsqu’il s’agit d’économie, on ne peut pas parler de relations chaleureuses...
Une rencontre internationale au Brésil en 2019. Même lorsqu’il s’agit d’économie, on ne peut pas parler de relations chaleureuses... - Reuters.

Lorsque, en 1619, le cosaque Ivan Petlin se rend à Pékin pour la première mission officielle russe en Chine, l’empereur Ming Wanli ne daigne même pas lui accorder une audience. Le visiteur est seulement reçu par des fonctionnaires de la cour qui lui remettent une lettre du souverain. Petlin s’en retourne en Russie avec cette missive, rédigée en chinois… et que personne ne peut déchiffrer.

L’anecdote est révélatrice. Ces deux empires se cherchent et se toisent depuis toujours. Les relations entre la Russie et la Chine n’ont cessé d’osciller entre la méfiance et la coopération, la confrontation et le rapprochement. Jusqu’au début du XXe siècle toutefois, si la prudence est de mise entre les deux grands voisins, les contacts demeurent la plupart du temps pacifiques. La Chine a une préoccupation majeure : la protection de ses frontières contre les invasions, comme en témoigne sa Grande Muraille. Les Russes, eux, s’intéressent surtout au commerce et au développement économique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct