L’UE prudente sur la transparence des géants du net

Ventes sur internet, location d’une chambre de son logement
: les activités ne sont pas dématérialisées comme le sont les plateformes qui les hébergent.
Ventes sur internet, location d’une chambre de son logement : les activités ne sont pas dématérialisées comme le sont les plateformes qui les hébergent. - Reuters.

A défaut d’une solution, en tout cas à moyen terme, pour taxer les grandes plateformes du net, en ce compris Uber et compagnie, la Commission européenne veut s’assurer que les Etats européens mettent bien la main sur ceux qui gagnent de l’argent grâce à elles.

Ventes sur internet, location d’une chambre de son logement ou services « taxi » ont lieu grâce à une application virtuelle, les activités ne sont pas dématérialisées comme le sont les plateformes qui les hébergent.

L’institution européenne s’attendait à ce que le dossier soit consensuel : en mai dernier, l’unanimité des pays de l’UE lui a demandé de présenter une législation pour contraindre les géants du net à transmettre à leur fisc l’intégralité des transactions réalisées grâce à ces plateformes. Une fois qu’un des fiscs européens aura cette information, il devra la partager de façon automatique avec ses pairs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct